Vivons-nous dans un monde magique ?



Le changement apporté par la technologie, en particulier par les technologies de l'information, a un impact sur les questions mondiales et sur nos vies personnelles et professionnelles. Nous pouvons arriver à un point où le monde dans lequel nous vivons semble au-delà de notre compréhension. En effet, il y a quelques années encore, on avait l'habitude de traiter avec des objets qu’un être humain pouvait parfaitement comprendre. On savait que, si nécessaire une personne plus compétente pourrait nous expliquer chaque outil ou un processus. Un bon mécanicien pouvait démonter chaque pièce d’une voiture et la remonter : une activité pas très productive, mais faisable. Une personne bricoleuse disposant de suffisamment de temps libre pouvait construire une maison tout seul : mon voisin l'a fait. Ce sentiment de maîtrise s'appliquait à la majorité des objets. Comme un grand bateau ou un avion, certaines choses étaient beaucoup plus complexes, mais il était facile d'identifier l'équipe de personnes hautement qualifiées qui en était responsable.



Aujourd’hui, chacun d’entre nous utilise habituellement des systèmes qui dépassent la compréhension d’un seul être humain. Lorsque vous utilisez un ordinateur fonctionnant sous Windows, vous ne réalisez peut-être pas que le code qui le fait fonctionner, le système d’exploitation, comporte quelque 50 millions de lignes, sans compter tous les programmes que vous avez chargés. Si vous vouliez le lire, sans parler de le comprendre, il vous faudrait presque cinq ans à raison d’une ligne par seconde pendant 8 heures par jour, sans week-end ni vacances. En septembre 2015, le code de Google représentait 2 milliards de lignes, soit 50 fois plus que celui de Windows. La quantité de connaissances intégrées dans les appareils quotidiens, des montres aux téléphones portables ou aux voitures, dépasse l’entendement d’un seul individu, aussi instruit ou intelligent soit-il. C’est presque comme vivre dans un conte de fées : les choses se produisent comme par magie et personne ne peut vous l’expliquer dans les moindres détails. Nous devons avoir foi que cela fonctionnera et, à part quelques pépins occasionnels, parfois dramatiques, en général cela fonctionne assez bien. Pour en revenir au parallèle que j'établissais avec mes parents (voir post précédent), voici ce qui résume le mieux le principal clivage entre nos vies : avec suffisamment de temps, de détermination et quelques amis bien informés, ils savaient qu’ils pouvaient maîtriser presque tout ce qu’ils traitaient, alors que je ne peux pas le faire. .


Dans notre société moderne, nous avons besoin d’un niveau de confiance sans précédent pour vivre notre vie. Si, pour une raison ou une autre, nous perdons confiance dans le réseau d’experts, de scientifiques et d’ingénieurs qui conçoivent et font fonctionner les systèmes sur lesquels nous nous appuyons quotidiennement, c’est toute votre vie qui perd ses fondements. Une personne raisonnablement sceptique a besoin d’une solide formation scientifique pour comprendre et faire confiance aux processus qui génèrent les connaissances sur lesquelles repose notre vie : la méthode scientifique repose largement sur un scepticisme sain. En revanche, un scepticisme extrême sans un solide bagage technique et scientifique est dangereux et peut mettre la vie de certains en danger. En février 2020, "Mad" Mike Hughes, 64 ans, est décédé après le crash de sa fusée à vapeur : comme de nombreux partisans de la terre plate, Hughes ne pouvait pas faire confiance à des siècles de recherche scientifique et espérait prouver sa théorie en allant lui-même dans l'espace. De même, les théoriciens du complot de toutes sortes mettent chaque jour leur vie et notre stabilité sociale et politique ordinaire en danger.


L'apparente essence magique de notre monde est-elle la raison pour laquelle les "fake news" sont si populaires de nos jours ? Puisque l’on vit entouré de ce qui semble être de la magie, il est difficile de séparer le vrai du faux. Si tout est possible et se produit de toute façon par "magie", il est facile de tomber dans la tendance naturelle de l’être humain à croire fermement en ce qu’il aimerait être vrai. De plus, si tout est possible et dépasse l’entendement, comment distinguer un expert fiable d’un magicien. Le plus simple est de croire celui qui raconte l’histoire qui nous plaît. La technologie moderne accélère également ce renforcement des mauvaises idées ; en quelques clics sur internet, nous pouvons facilement trouver des personnes qui partagent nos pensées. Qui plus est, les algorithmes de recherche ne cessent de nous envoyer le message confortant que des personnes et des organisations partageant les mêmes idées nous entourent. Cela explique peut-être la récente montée du populisme et serait un argument de poids en faveur d'une augmentation extraordinaire de l’éducation, et notamment de l'éducation scientifique, dans le monde entier, mais ceci est une autre histoire.


Un certain scepticisme sain peut malgré tout être utile pour donner un sens à notre monde complexe. Les systèmes compliqués ne sont fiables que s’ils sont suffisamment précis. Nous avons vu dans le post précédent que même une simple modification peut transformer un système stable et facilement prévisible en un système complexe enclin à un comportement chaotique. Nous vivons avec l’hypothèse que notre monde est entièrement décrit par des systèmes économiques avancés et des systèmes financiers complexes, comme s’il s'agissait d’une horloge mécanique parfaite. Nous avons une vision mécaniste du monde, inspirée par les progrès scientifiques et techniques qui ont rendu possible la première révolution industrielle. Pourtant, la vitesse à laquelle les transactions se déroulent et les boucles de réaction entre de multiples acteurs interconnectés par des systèmes toujours plus complexes, peuvent donner lieu à des résultats totalement inattendus. La crise financière de 2008 a été principalement causée par l’ignorance de l’effet pervers d’instruments financiers interdépendants, dans l’illusion que le système était infaillible.


Nous avons peut-être atteint un niveau de complexité tel que notre hypothèse selon laquelle le monde est semblable à une horloge mécanique ne nous fournit pas la précision suffisante pour éviter le chaos. Nos tours de magie risquent de plus en plus de nous faire défaut. La crise climatique est un exemple dramatique des conséquences qu’entraîne le fait d’ignorer la complexité d’un système en essayant de maximiser un seul paramètre, en l’occurrence, la production et la richesse. Une vision plus globale du monde est nécessaire pour faire face à la complexité qui nous entoure.


Image Stefan Keller from Pixabay


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout