Comprendre la complexité?



Un précédent billet traitait de la différence entre ce qui est compliqué et ce qui est complexe. Créer quelque chose de compliqué est, par définition, une tâche difficile. C'est le cas d'une montre mécanique de haute précision. D'un autre côté, la complexité peut être générée rapidement, comme cuisiner un plat de spaghettis ou ajouter un second pendule à un pendule existant. Cela ne signifie pas qu'un système compliqué est toujours prévisible : notamment dans les interactions sociales, des règles complexes peuvent facilement entraîner des conséquences contradictoires. La complexité, ou le chaos, émerge lorsque des résultats très différents se produisent en réponse à des différences mineures d'un point de départ. C'est le fondement de nombreux jeux de hasard : il est pratiquement impossible de contrôler le résultat du lancer d'un dé ou de la rotation de la roue de la roulette.


La complexité et le chaos émergent naturellement du réseau de relations de nos vies. En regardant mon propre réseau de relations, d'amis, de famille et de liens professionnels, je vois quelque chose qui ressemble beaucoup plus à un plat de spaghettis qu'à une horloge. Pour que nos vies restent gérables, nous avons pourtant besoin de stabilité et de prévisibilité. La plupart des constructions sociales sont conçues pour satisfaire ce besoin d'ordre et de sécurité. Cela se traduit par des organisations élaborées qui visent à structurer nos vies de manière prévisible : gouvernements, églises, armées, systèmes éducatifs, systèmes fiscaux, etc. La vision du monde qui sous-tend la conception de notre système économique et social est fondée sur une compréhension mécaniste de la nature. Une approche ancrée dans les grandes découvertes de la physique classique, à partir des lois fondamentales de Newton qui ont offert une explication aux phénomènes les plus divers de l'univers, depuis une pomme tombant sur le sol jusqu'à des planètes éloignées gravitant autour du soleil. Dans cette vision du monde, les relations sociales et l'économie sont expliquées comme des agents rationnels qui interagissent pour accroître leur utilité. Les organisations d'aujourd'hui, petites et grandes, sont conçues comme des engins logiques et réglementés. Des experts perchés au sommet contrôlent le système par le biais d'une chaîne de commandement soigneusement élaborée. Pourtant, la complication même de nos constructions sociales les rend fragiles et sujettes à l'échec lorsqu'elles sont confrontées à l'inattendu. Voir l'effondrement du système financier lors de la crise des subprimes ou à la débâcle des armées américaines et de l'OTAN en Afghanistan face aux talibans.


Jusqu'à il y a quelques années, nous vivions dans un monde où nous devions faire face à un ensemble clair et stable d'acteurs, indiscutablement identifiés et bien séparés les uns des autres. Prenez le téléphone : Lorsque j'étais enfant, il était courant d'avoir une ligne téléphonique par famille. De plus, les fournisseurs de téléphone et de communication étaient fondamentalement une seule et même chose. Aujourd'hui, dans les pays développés, nous possédons plusieurs lignes, plusieurs mobiles au sein de la même famille, chacun associé à son propre plan d'abonnement et donnant accès à des canaux supplémentaires comme WhatsApp ou Telegram. Au niveau mondial également, les choses sont de plus en plus compliquées. Les États-nations avaient autrefois des frontières claires pour leur pouvoir. Ces frontières étaient parfois franchies en cas de guerre, mais l'état de guerre lui-même était clairement défini. Aujourd'hui, les nations interagissent de nombreuses manières, parfois incohérentes, bilatérales et multilatérales. Même la guerre n'est plus ce qu'elle était. Les conflits internationaux sont embrouillés par le terrorisme, la cyberguerre ou la militarisation des migrants, comme on le constate aux frontières de l'Union européenne. Il ne s'agit pas d'affirmer qu'aujourd'hui nous sommes dans une situation pire ou meilleure que par le passé. Le fait est que la variété des acteurs, au niveau mondial, social et personnel, et les canaux d'interaction ont considérablement augmenté. Nous avons beau vouloir construire une société qui ressemble à une horloge mécanique, la réalité ressemble de plus en plus à un plat de spaghettis enchevêtrés.


Si vous vous sentez dépassé, vous pouvez trouver du réconfort dans le fait que vous n'êtes pas seul. Dans les années 80, au terme de la guerre froide, les stratèges de l'armée américaine ont dû faire face à la disparition de leurs ennemis traditionnels. Ils ont décrit la nouvelle situation stratégique comme étant volatile, incertaine, complexe et ambiguë : VUCA en anglais. L'expression "monde VUCA" a été adoptée par des consultants en management, des conférenciers, des penseurs et des écrivains du monde entier. Si l'acronyme VUCA est spécifique à la période de l'après-guerre froide, le sentiment est récurrent. Depuis les années 50, la littérature managériale a toujours décrit le "présent" comme plus compliqué que le passé ! Peut-être devrions-nous en conclure que le changement est omniprésent dans la société moderne et qu'il serait sage de l'accepter et de s'y habituer. Les crises internationales et les événements catastrophiques où il faut prendre des décisions rapides sur la base d'informations minimales et incertaines ne sont pas nouveaux. Pourtant, jusqu'à la fin de la guerre froide, l'environnement stratégique était relativement simple : les méchants et les gentils étaient clairement identifiés. Quel que soit le camp dans lequel vous vous trouviez, vous aviez une vision précise des bons ("vous" et vos amis) et des méchants ("eux" et leurs amis). Depuis lors, le nombre d'acteurs a considérablement augmenté. De multiples acteurs avec des relations variées forment un nombre croissant et changeant de connexions. Il devient de plus en plus difficile de comprendre l'environnement, car chaque acteur peut modifier son orientation stratégique et des alliances se forment et se dissolvent en permanence.


Cela signifie-t-il qu'il n'y a aucune chance que notre monde relève les défis auxquels il est confronté, notamment l'urgence climatique ? Pas nécessairement, mais, comme l'a montré la COP 26 de Glasgow, ne comptez pas sur les patrons du monde, politiques ou corporatifs, pour adopter la perspective à long terme requise. Les premiers parient leur carrière sur les prochains résultats électoraux et les seconds sur les rapports financiers du prochain trimestre. Ni les uns ni les autres n'ont l'état d'esprit nécessaire pour s'attaquer à des problèmes systémiques qui s'étendent sur des décennies, mais nécessitent une action immédiate. Il est sans doute justifié de blâmer ceux qui détiennent actuellement le pouvoir économique et politique, mais nous devrions probablement aussi nous interroger sur nous-mêmes. Nous devrions peut-être reconnaître que nous faisons tous partie du problème et donc de la solution, et nous pouvons essayer de réinventer nos vies.


Pour donner un sens à ce monde complexe, nous devons peut-être adopter une vision du monde où les agents ne sont pas si clairement séparés les uns des autres. Ils sont enchevêtrés et leurs frontières sont floues : les effets apparaissent de manière non linéaire et ne sont pas prévisibles.


Même dans une approche classique, vous ne pouvez pas prédire le comportement d'un système à partir du comportement de ses parties. Prenez le sodium (symbole chimique : Na), par exemple. Le sodium est un métal volatil. Lorsque j'étais lycéen, l'une de mes farces préférées consistait à jeter des morceaux de sodium dans une flaque d'eau devant un camarade de classe. Le Sodium réagissait immédiatement avec l'eau, s'enflammait et explosait, effrayant mes victimes. Considérons maintenant le chlore. En quantités minimes, le chlore peut être utilisé comme désinfectant ou comme moyen d'assainir l'eau. Le chlore peut aussi être trouvé sous forme de gaz hautement toxique. Je jure que, contrairement à un ancien président des États-Unis, je n'ai jamais infligé à quiconque une farce potentiellement mortelle à base de chlore. Vous ne songeriez probablement pas à verser de grandes quantités de sodium ou de chlore dans votre bouche, n'est-ce pas ? En réalité, nous le faisons tous chaque fois que nous saupoudrons du sel sur nos assiettes. Le sel culinaire est finalement la composition chimique du sodium et du chlore (NaCl). Il s'avère que les propriétés exubérantes et nocives des parties se transforment en propriétés inoffensives, bénéfiques et réellement savoureuses du système. La chimie offre également de nombreux exemples opposés de composants inoffensifs qui, une fois combinés, entraînent des réactions violentes.


La vision du monde inspirée de la physique classique ne peut nous aider à comprendre les tendances mondiales qui émergent des interactions non linéaires de multiples agents. Nous avons besoin d'une vision du monde plus subtile que celle qui consiste à imaginer les êtres humains comme des rouages mécaniques dans une machine prévisible. Ici, cependant, nous sommes sur la corde raide. Nous disons que tout est possible et que la science ne peut pas garantir des prédictions fiables. Dans le cas de la science du climat, notamment, les scientifiques ne proposent pas d'estimations fermes. Ils fournissent des scénarios et des probabilités de résultats. Face à un ensemble confus d'options et de possibilités, on peut être tenté de supposer que la hypothèse de n'importe qui est aussi bonne qu'une recherche scientifique solide. Je soupçonne que ce raisonnement est la source du rejet de l'opinion scientifique qui devient courant dans le débat public. Il constitue également un terrain fertile pour toutes formes de théories du complot ou de négation des preuves, des anti-vax aux climato-sceptiques. En réalité, la science est bien équipée pour aborder la complexité et le chaos : ce n'est simplement pas la science qui était le fondement de la représentation mécanique de l'univers. La vision traditionnelle du monde s'inspirait de la physique classique. Dans un prochain billet, nous verrons comment des concepts modernes comme la physique quantique peuvent inspirer une nouvelle vision du monde plus adaptée à la compréhension de la complexité actuelle.


 

Vous souhaitez en savoir plus sur les organisations où la diversité, l'inclusion et la performance peuvent s'épanouir ?

Contactez nous : https://www.lusval.com/contact-us .

Ou suivez nous sur LinkedIn LinkedIn ou Facebook.

Cet article a été publié pour la première fois sur le blog : https://fr.lusval.com/post/introduction-to-the-4-petals




Image

Stefan Keller from Pixabay


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout