Des atomes aux organisations


Cela m’avait déjà intrigué quand, après l’avoir découverte par hasard sur une page Web, j’en ai exploré les applications et les exemples.Les possibilités qu’elle ouvrait m’ont fasciné et je me suis promis de m’en procurer une à la première occasion.Du coup, quand je l’ai vue sur un stand au BHV à Paris, malgré la frivolité de l’achat, il me fallait absolument acquérir un stylo 3Dbrush.Voici le résultat, certes moche, sur fond de son propre dessin initial à plat, en haut de ce post, vous pourrez admirer ma première création 3D : un petit modèle de vélo, qui a pris environ deux minutes à créer à partir de zéro.Oui, le stylo donne au porteur le sentiment exaltant que l’on "crée" vraiment quelque chose, non pas en termes d’avoir une nouvelle idée, mais en matérialisant un objet à partir de rien.L’impression 3D existe depuis un certain temps maintenant et le stylo 3D que j’ai acheté n’est qu’un jouet qui ne rend pas justice aux possibilités déjà réalisées par les systèmes professionnels dans divers domaines.


Prenons la mode par exemple.Il est désormais possible d’imprimer une robe , comme l’illustre la photo de droite.Portée par la reine du burlesque Dita von Teese, voici une robe conçue par Michael Schmidt et Francis Bitonti basée sur le nombre d’or et la série Fibonacci.Vous pouvez en savoir plus sur cette robe sur Flicker et sur le blog Shapeways.Le jouet dont je parle, même avec ses possibilités limitées, amène la technologie à portée de tous et remet en question la façon dont nous comprenons le lien entre notre imagination, nos actions créatives et le monde matériel.


Dans son fameux tableau « La trahison des images », Magritte souligne que l’image de la pipe n’est qu’une illusion par rapport à l’objet réel représenté : c’est plus une représentation du monde intérieur de l’artiste qu’une description fidèle de la réalité.


Maintenant, nous franchissons cette ligne de démarcation entre image et réalité. Nous pouvons prendre un stylo dans nos mains et, bien qu’avec moins de talent que Magritte, dessiner un objet qui existera réellement et qui pourra dans certeins cas être utilisé à des fins pratiques.

Fait intéressant, pour revenir à la peinture de Magritte, Vauon, un fabricant traditionnel, imprime en 3D une pipe appelée « le diamant » : l'image de gauche qui représente une impression 3D, est vraiment une pipe ( http://www.3dnatives.com/diamond-pipe-imprimee-3d ).


Ceci est une pipe


Tout cela n’est que le début. Il est généralement reconnu que l’Altair 8800, conçu en 1974, a déclenché la révolution des microordinateurs en mettant la puissance de calcul à la portée de tout geek . Dans un sens, les stylos 3D et les autres imprimantes 3D de bureau rendent l’impression 3D accessible à tous. Les grands ordinateurs de l’époque existants étaient beaucoup plus puissants que l’Altair, mais la révolution n’a pas été conduite par la puissance informatique. C’était la répartition de ce pouvoir entre une multitude d’esprits enthousiastes et le dialogue incessant entre la créativité individuelle et l’industrie.

En fait, ce n’est même pas le début, c’est juste l’avant-propos du début. Un laboratoire du MIT est dédié à l’exploration des liens entre l’information et la matière. Il s’agit du laboratoire « bits et atomes » (CBA), dirigé par Neil Gershenfeld http://cba.mit.edu/. Comme le souligne le Dr Gershenfleld dans ce blog http://edge.org/conversation/neil_gershenfeld-digital-reality, la technologie actuelle de l’impression 3D travaillent avec une sorte de pâte à modeler. Le traitement de la pâte est peut-être basé sur la technologie numérique, mais la construction est analogique : il n’y a pas de pièce individuelle de construction.

La magie de la vie et des entités biologiques, comme une fleur, un oiseau ou nous-mêmes, est qu’elles résultent de l’autoassemblage de structures complexes basées sur des briques élémentaires : les acides aminés. Les résultats sont des entités résilientes et adaptatives aux conditions externes. L'un des objectifs à long terme du CBA est de développer une technologie où l'impression 3D soit basée sur des unités microscopiques autoassemblées. Une fois que les objets créent ne sont plus utilisables, ils pourront être démontés et réutilisées pour construire d’autres objets : une technologie matérielle vraiment numérique. Lorsque l’impression d’objets sera basée sur une technologie numérique, une transition de capacité exponentielle similaire à celle entre l'Altair et le PC moderne deviendra possible.

Qu'est-ce que tout cela signifie pour une organisation ? Les entreprises pourront-elles saisir les implications de cette révolution ? Àu début de la révolution numérique, la Route 128 à Boston comptait Wang, Prime, Data General, DEC : toute l’industrie informatique, qui a planté les graines d’Internet et de l’ère de l’information était là. On pourrait imaginer qu’ils ont tiré d’immenses avantages de leur condition de premier arrivé. Ils ont tous échoué.

Nous pouvons certainement identifier de nombreuses raisons pour lesquelles ces pionniers n'ont pas été en mesure de construire un avantage concurrentiel à long terme sur leur propre innovation. Cependant, une partie de l’explication peut résider dans une déclaration faite par l'un des fondateurs de ces entreprises :

"Il n'y a aucune raison pour que quelqu’un veuille un ordinateur chez lui."

Ken Olsen, fondateur de Digital Equipment Corporation, 1977

Ces organisations n'ont pas en mesure de comprendre la portée et de récolter les bénéfices de la révolution qu'elles ont elles-mêmes déclenchée. Face à ce constat, comment pouvons-nous nous assurer que nos propres organisations soient en mesure de faire face aux changements encore plus perturbateurs qui se profilent ?

Peut-être que les créations numériques et la matière programmable peuvent être utilisées comme source d’inspiration pour créer de nouvelles organisations qui seront plus aptes à se connecter aux changements sociétaux et à réagir de manière appropriée aux nouvelles opportunités. Les organisations d’aujourd’hui sont conçues de haut en bas, sur la base de hiérarchies s’articulant autour de processus que les employés sont censés exécuter. Alors que le mot à la mode managérial par excellence est « empowerment », les organisations sont conçues autour de la métaphore du mécanisme, chaque individu représentant une roue dans une structure complexe que le top management anime en tirant les leviers appropriés. Si à la place nous pouvions construire une organisation à partir de briques élémentaires capables de s'autostructurer, de se réorganiser et de se soigner si nécessaire, un peu comme un organisme vivant est capable de réagir naturellement à l'environnement extérieur ? Notre cœur et nos poumons fonctionnent sans notre conscience. Les égratignures sur notre peau guérissent sans que nous ayons besoin de notre décision consciente pour les réparer.


La direction (allons-nous l'appeler le « cerveau » ?) d'une telle organisation serait libre de se concentrer sur la recherche de menaces et d'opportunités . Un peu comme notre propre cerveau consacre la majorité de sa conscience à évaluer et à analyser le monde extérieur et à prendre des décisions sur la façon de réagir. Le fonctionnement interne de notre corps comme la respiration, le pompage du sang et toutes les autres fonctions vitales ne nécessitent pas notre attention consciente, même si, ou peut-être parce qu’ils sont essentiels à notre survie.


Cependant, les managers actuels consacrent une grande partie de leur énergie et de leur conscience à regarder vers l’intérieur : organiser, diriger et contrôler le travail des autres. Cela représente une immense quantité d’énergie qui serait mieux dépensée en se concentrant sur l’extérieur si seulement on pouvait faire confiance à « l’organisation » pour être consciente de ses propres besoins et s'autoorganiser au besoin. Le vrai défi pour l’organisation du futur pourrait bien être la "conscience" plutôt que la "gestion".

Également publié sur https://www.linkedin.com/pulse/from-atoms-organizations-roberto-bonino/



2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout