top of page

La croissance exponentielle est-elle possible?

Dernière mise à jour : 25 nov. 2022






Dans le billet précédent, j'ai mentionné les pandémies comme un exemple typique de phénomène au comportement exponentiel. La valeur monétaire des biens et services finaux produits chaque année sur notre planète, le produit intérieur brut (PIB) mondial, présente également un comportement exponentiel. La figure a coté montre le PIB mondial au cours des deux derniers millénaires. Les valeurs historiques étaient négligeables jusqu'à la première révolution industrielle par rapport au niveau d'aujourd'hui. Au cours des dernières décennies, les valeurs du PIB mondial ont explosé. Cela s'est produit parce que tous les gouvernements visent à maintenir une croissance régulière de l'économie, ce qui se traduit par un pourcentage de croissance annuelle non négligeable du PIB. Dans les économies avancées, cela se traduit par un gain de 1 ou 2 pour cent par an. Si le pourcentage de croissance est relativement constant, l'augmentation en termes absolus est chaque année un peu plus importante que la précédente. Nous avons une boucle de rétroaction qui se renforce : plus l'économie est importante, plus elle croît rapidement en termes absolus.


Dans la plupart des systèmes, il existe un facteur limitant qui finit par ralentir la croissance exponentielle de certains éléments. Dans certains cas, la limitation se fait en douceur ; dans d'autres, elle est due à la rupture d'un élément. Les épidémies cessent de se développer lorsqu'une fraction suffisamment importante de la population est infectée ; les nénuphars cessent de s'étendre dans un étang lorsque toute la surface est recouverte ; le roi cesse de livrer des quantités croissantes de riz à l'inventeur du jeu d'échecs lorsque le royaume est à court de riz ; notre voiture cesse d'accélérer lorsque le moteur atteint sa puissance maximale ou que nous nous retrouvons dans un fossé. Par contre, notre système économique est conçu sur la base de l'hypothèse selon laquelle il n'existe aucun facteur limitant la croissance économique et que le PIB peut augmenter à un taux substantiel pour toujours. Les gouvernements qui n'assurent pas de croissance économique pendant un certain temps perdent leur emploi. Cela a bien fonctionné jusqu'à présent, tant que l'impact des activités humaines sur les ressources environnementales était supportable. La situation est en train de changer.


Bien sûr, la richesse et le développement ont apporté d'énormes bénéfices humains, et on ne les comparerait pas à des virus. Grâce au développement économique, les taux d'alphabétisation, la bonne santé et l'espérance de vie n'ont jamais été aussi élevés. Le problème auquel nous sommes de plus en plus confrontés est que la croissance du PIB exige une croissance équivalente de la production d'énergie. Le mix énergétique d'origine fossile utilisé tout au long des révolutions industrielles a généré des émissions croissantes de gaz à effet de serre, notamment de C02. La densité excessive de CO2 dans l'atmosphère entraîne une augmentation de la température à la surface de la terre. Cela finira par fournir la réaction de rétroaction négative qui empêchera une croissance illimitée, avant même que nous n'épuisions les combustibles fossiles. Si rien n'est fait, le système terrestre réagira en devenant invivable pour l'espèce humaine.


Il est intéressant de noter que le lien entre la concentration de CO2 (dioxyde de carbone) et la température de la surface de la terre est connu depuis 1896, grâce à Eunice Foote, une scientifique américaine et militante des droits des femmes (Dee 2021). Le scientifique suédois Arrhenius a ensuite calculé que les émissions humaines de CO2 finiraient par entraîner un réchauffement de la planète, reliant ainsi la croissance économique et le changement climatique. Il s'est trompé en estimant qu'il faudrait des siècles pour atteindre un réchauffement notable. Il ne pouvait pas prévoir le comportement exponentiel du développement économique mondial.


Le caractère inquiétant des tendances exponentielles est que pour les contrôler il faut anticiper et agir lorsque leur impact semble encore négligeable. Dans la plupart des cas, si vous attendez que ce type de problème devienne proéminent pour vous y attaquer énergiquement, il sera peut-être trop tard. En realité, les scientifiques et de nombreux militants ont commencé à tirer la sonnette d'alarme concernant le climat de la planète au bon moment,il y a quelques décennies. Le 21 mars 1994, la CCNUCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques) a été adoptée pour prévenir toute interférence humaine "dangereuse" avec le système climatique. Les pays signataires de la Convention se réunissent dans les fameuses COP ( Conférence des Parties) chaque année pour évaluer les progrès réalisés. 26 ans après la première COP, les pays du monde entier n'ont absolument pas réussi à freiner les émissions de GES qui sont une conséquence directe de la croissance économique exponentielle qui anime nos économies. Les patrons des partis politiques et des entreprises sont aussi dépassés par le développement économique exponentiel et les émissions de GES qui en découlent qu'ils l'ont été par la propagation exponentielle du COVID-19. Dans ce cas, les conséquences à long terme de l'inaction seront plus lentes à se manifester, mais auront des conséquences bien plus dévastatrices.


Il est facile de rejeter la faute sur ceux quo détiennent le pouvoir , mais je crains que la plupart d'entre nous n'obtiendraient pas de meilleurs résultats si nous étions aux commandes. Après tout, la vision mécaniste du monde qui a si bien fonctionné pour créer la société de production et de consommation dans laquelle nous vivons est profondément ancrée dans nos institutions et dans notre façon de vivre, de travailler et de structurer nos organisations. Une vision du monde basée sur la mécanique n'est pas adaptée pour saisir la dynamique des phénomènes exponentiels qui émergent dans un réseau complexe d'acteurs interconnectés. Nous avons besoin de nouvelles approches pour comprendre la complexité qui nous entoure et laisser émerger de nouvelles solutions innovantes.


Un bon point de départ est de réaliser à quel point l'approche basée sur la mécanique est profondément réductionniste et déterministe. Elle part du principe que nous pouvons comprendre le comportement d'un système en le décomposant en ses parties élémentaires, qui sont censées suivre des règles simples. Le comportement du système est alors considéré comme une simple conséquence des interactions élémentaires entre ses éléments, ignorant la complexité des boucles de rétroaction.

Au contraire, l'approche systémique proposée par Peter Senge dans son livre "The Fifth Discipline" est un cadre qui nous aide à rendre compte de l'interconnexion de notre monde. La pensée systémique nous aide à voir comment les choses s'influencent mutuellement comme un tout. Dans la pensée systémique, l'identification des boucles de rétroaction clés nous permet de voir comment un changement dans une partie d'un système peut affecter les autres parties. Cette approche peut nous aider à voir les conséquences involontaires de nos actions et à trouver de nouvelles solutions aux problèmes. La pensée systémique peut être appliquée aux niveaux individuel, organisationnel et mondial. Seulement une approche holistique nous aidera à comprendre la complexité du système et à gérer nos entreprises, nos carrières et nos vies tout en résolvant les défis de notre planète.

Je suis toujours à la recherche d'une solution originale pour répondre à ce que j'ai décrit précédemment ; en réalité, espérer identifier des solutions banales au problème d'aujourd'hui est probablement illusoire. Elle peut même créer des problèmes supplémentaires, surtout si la solution proposée repose sur le même état d'esprit que celui qui est à l'origine de l'émergence du problème. Tout cela doit changer : en particulier, les structures organisationnelles doivent évoluer pour s'adapter à une société où la croissance constante ne peut plus être l'impératif central. Une société commerciale isolée ne peut évidemment pas ignorer l'environnement concurrentiel : renoncer à la course à la croissance et au profit signifierait la faillite. Cela signifie-t-il que nous devons tous attendre un changement global du cadre juridique avec des règles qui imposent les mêmes contraintes environnementales de manière équitable à tous les acteurs économiques ? Les résultats des 27 dernières COP nous ont appris que cela aboutirait précisément à une planète invivable. La voie se trouve au milieu, chaque organisation cherchant sa meilleure approche. Dans les chapitres suivants, j'approfondirai les domaines que les organisations peuvent, selon moi, explorer pour définir leur propre voie et contribuer à une planète saine pour une humanité en quête de progrès.










0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page